Amara Benyounès à Sétif, “Les ‘émirs’ terroristes sont comme les harkis”

Publié le par mpaalger


Lors d’un meeting animé, hier à la salle de la maison de la culture Houari- Boumediene de Sétif, le président du Mouvement populaire algérien (MPA), Amara Benyounès, a affirmé que son parti luttait contre l’oubli de la décennie noire, tout en réitérant son soutien au processus de paix. “Les ‘émirs’ terroristes sont comme les harkis. Les repentis, eux, font partie du peuple”, a tenu à préciser Amara Benyounès. Et d’ajouter : “Nous ne voulons pas que les veuves de terroristes et leurs enfants soient mis aux oubliettes.” 
Amara Benyounès a aussi évoqué l’importance d’un statut pour les Groupes de légitime défense (GLD), tout en revendiquant l’instauration d’une journée nationale et a demandé de dresser une stèle à Alger pour commémorer les victimes du terrorisme qui, selon lui, doivent être bien prises en charge par l’État, au même titre que les martyrs et les moudjahidine de la Révolution. Pour convaincre les militants et sympathisants de mouvement de l’importance du prochain rendez-vous électoral, Amara Benyounès dira que “si vous ne faites pas de la politique, d’autres le feront à votre place et si vous restez chez vous, d’autres iront voter”. 
S’agissant de la participation féminine, Amara Benyounès a rappelé devant les militantes de son parti que la date du 10 mai devait être synonyme de vote contre la soumission. 
Pour sensibiliser ses “troupes”, l’hôte de Sétif a rappelé que le Printemps algérien devait passer par les urnes. “Si vous ne voulez pas un printemps comme celui du Maroc, de la Libye, de la Tunisie et de l’Égypte, Allez voter ! C’est la seule solution pour un changement pacifique”, a t-il souligné devant une salle archicomble.  Le président de l’ex-UDR considère que les garanties du président de la République sont largement suffisantes.   “Nous n’avons aucun doute sur l’intégrité et la transparence du scrutin. Le président de la République s’est engagé et nous pensons que le vote massif sera une autre barrière aux fraudeurs”, a renchéri le premier responsable du parti. 

                                                                                          Par Faouzi Senoussaoui du quotidien Liberté

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

LOUANCHI 18/02/2013 17:04

lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news
En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après
24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200
harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société
française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un seul aujourd'hui se décide à parler.

35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude
Honnorat.


Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de ma vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez: Hocine Louanchi joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian
n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi)

Interview du 26 mars 2012 sur radio-alpes.net